Ralph Meyer

Ralph Meyer est né en 1971 (précision : le 11 août).

Quand il voit le jour à Paris et que le démon de la bande dessinée hante ses rêves d’enfant, que faire ? A Paris, pas d’école pour parfaire un apprentissage à la B.D. ; il y a Angoulême, bien sûr, mais il entend parler de l’Institut Saint-Luc, à Liège. 1990 : Ralph Meyer débarque à Liège.

Il commence la tournée des éditeurs, sans grand succès. Comme il a confiance en son dessin, il se dit qu’il le marierait bien avec un excellent scénario. Et c’est la rencontre (pas du tout fortuite) avec Tome. Il en sortira « Berceuse assassine »

Entre-temps, Bruno Gazzotti avait quitté Bruxelles pour retourner à Liège et ils ont sympathisés, grâce à Tome. Très vite est née l’idée de fonder un atelier réunissant ces grands solitaires que sont les dessinateurs de bande dessinée.

Leurs styles s’accordent-ils vraiment ? C’est ça qui est passionnant ! Gazzotti est plutôt du genre humoristique, tandis que celui de Ralph Meyer, c’est le réalisme. Ils ont pu s’entraider, tantôt sur « Soda », tantôt sur « Berceuse assassine ».

Tome partage avec tous les grands scénaristes un trait qui ne trompe pas : il fournit ses pages au compte-gouttes. On imagine ce que peuvent faire des dessinateurs dans un atelier tandis qu’ils attendent le scénariste : s’adonner aux joies du Pictionary, affiner le carénage d’avions en papier, réinventer le sourire de la Joconde, etc. Gazotti a eu l’idée des « Lendemains sans Nuage » (Le Lombard).

En 2002, il termine la trilogie de  » Berceuse Assassine « .