Carl Heinrich Heideger

sexe : masculin
couleur des yeux : marron
couleur des cheveux : brun

Né à Hambourg (Allemagne) en 1932, il émigre en 1936 aux Etats-Unis avec ses parents qui fuient le régime nazi. Son père, dentiste, se voit refuser l’autorisation d’exercer et c’est sa mère qui fait vivre la famille en ouvrant un petit magasin de « delikatessen » dans la 83ème rue à Manhattan.
Comme beaucoup d’immigrés allemands de fraîche date, les Heideger sont mis sous surveillance par le FBI pendant toute la durée de la guerre, et ils devront attendre 1947 pour obtenir leur naturalisation américaine. Doté d’une intelligence exceptionnelle (son Q.I. est de 152), le jeune Carl arrive premier à l’examen d’entrée de l’académie navale d’Annapolis. Il sortira toujours premier de sa promotion au terme de ses quatre années d’études. Homme d’analyse et de dossiers, Heideger fera toute sa carrière à la marine sans pratiquement jamais mettre les pieds sur le pont d’un navire. A 48 ans, il prend la direction des services de renseignements de la US Navy et est nommé contre-amiral deux ans plus tard.
Appelé à la Maison Blanche comme conseiller naval dans l’administration Reagan, il demande sa mise à la retraite de la marine l’année suivante pour prendre la direction des services de contre-espionnage rattachés au FBI. Arrêté et mis au secret par les hommes du général Standwell la veille du putsch des XX, il reçoit un coup de crosse qui lui fait éclater le foie et meurt quelques heures plus tard. Il laisse une veuve et trois fils, tous trois officiers dans la US Navy.
Carl Heideger était lui aussi un ami personnel de William Sheridan.
Grâce à Kim Carrington, qui travaillait pour lui, il fut le premier à connaître le nom de l’assassin du président. Il fut surtout le premier à savoir que Steve Rowland était mort. Convaincu que l’enquête officielle n’aboutirait pas aux vrais coupables, il met alors au point avec le général Carrington et le vieil Henry Sheridan un plan assez classique quoique difficile à réaliser : faire croire à ceux qui avaient armé le bras de Rowland que celui-ci était toujours en vie, afin de les amener à se découvrir. Restait à trouver l’instrument de ce plan : un homme intelligent et entraîné dont l’âge et la morphologie correspondent à ceux du capitaine Rowland.
Grâce aux énormes fichiers de ses services, Heideger identifie rapidement celui qu’il lui faut : un certain Jason Fly, sollicité par le FBI à sa sortie de l’université, mais qui avait disparu depuis. Lançant ses limiers sur la piste, l’amiral découvre que l’homme en question est devenu une sorte de mercenaire qui, sous le nom de Kelly Brian et surnommé « el Cascador », se trouve dans un petit pays d’Amérique Latine, le Costa Verde, où il lutte avec la guérilla santosiste contre le régime du dictateur Ortiz (dossier 7). Régime qui, soit dit en passant, est soutenu par les Etats-Unis. Or, ce « Cascador » vient de se faire capturer par un certain colonel Peralta, le chef de la police secrète d’Ortiz.
L’amiral n’hésite pas. Fort du soutien financier de Henry Sheridan, il envoie un émissaire à Peralta pour lui offrir de racheter son prisonnier pour un million de dollars.
Le colonel costaverdin accepte, fait virer les dollars sur un compte aux Bahamas et diffuse dans la presse la photo truquée faisant état de l’exécution du « Cascador ».
Celui-ci, pendant ce temps, est discrètement ramené aux Etats-Unis, où Heideger ne lui laisse pas le choix : ou bien il coopère, ou bien il est renvoyé dans les griffes de Peralta. Fly, bien forcé d’accepter, subit plusieurs opérations de chirurgie esthétique qui le transforment en un sosie parfait de Steve Rowland, y compris le chiffre XIII tatoué sur son épaule gauche. Tandis que Heideger fait disparaître toute trace du passé de Jason Fly (allant même jusqu’à enterrer le corps de Rowland dans une tombe à ce nom), XIII (comme nous l’appellerons désormais) passe sa convalescence dans un chalet isolé au bord du lac Kellownee, dans le Dakota du Sud, en compagnie de Kim Carrington qui lui apprend à parler et à se comporter comme son défunt mari. Il est ensuite envoyé à Eastown sous le nom de Jake Shelton, soi-disant pour récupérer le salaire de son crime.
Il n’y arrivera jamais, trahi (selon les dires du colonel Amos) par Kim Carrington.
Devant l’échec de son plan, Heideger, en accord avec ses partenaires, se résout à mettre le colonel Amos dans le secret de leur tentative. Amos qui, entre-temps, a retrouvé XIII devenu amnésique.
Décédé des suites du coup reçu lors de son arrestation, l’amiral Carl Heideger n’aura pas l’occasion de voir cette piste aboutir à la confusion des chefs de la Conspiration des XX.

L'individu a été aperçu dans les albums suivants :

xiii-mystery-tome-4-colonel-amos
XIII Mystery tome 5
XIIINEW_04_HiResFiles
XIIINEW_05_HiResFiles