Felicity Brown

sexe : féminin
couleur des yeux : bleu
couleur des cheveux : blond

L’enquête menée ultérieurement par le bureau du procureur de l’Alabama a rendu public le parcours de cette très jeune femme responsable du double meurtre des frères Rowland. Nous savons donc qu’elle est née à San Diego (Californie), que ses parents y exploitaient une station service Texaco et que ses résultats scolaires étaient supérieurs à la moyenne. Mais l’école l’ennuie et sa beauté précoce, qui affole les garçons (et les professeurs masculins) de son collège, lui donne d’autres ambitions que le parcours classique de l’étudiante modèle.
Nous la retrouvons donc à Hollywood où, après avoir couché avec quelques soi-disant producteurs, elle obtient deux ou trois rôles de figuration muette dans des feuilletons télévisés de troisième ordre (elle fait notamment une brève apparition dans « Amour, argent et volupté », un des pires navets de l’histoire du petit écran). Mais elle en a assez vite assez d’offrir ses charmes pour si peu et répond favorablement à la proposition d’Helen Knaupf, la célèbre « Madame » de Hollywood dont le réseau de call-girls à 5.000$ la nuit allait défrayer la chronique quatre ans plus tard.
Le réseau dissous et « Madame » interpellée par la justice, Felicity juge plus prudent de quitter la Californie. Elle passe alors un an et demi à Las Vegas où, danseuse nue le jour, prostituée la nuit (et inversement), elle écume les palaces et les casinos de la capitale du jeu.
C’est là qu’elle rencontre Matt Rowland et devient sa maîtresse.
Fatiguée de sa vie de bâton de chaise et rêvant dune fortune plus stable, elle se dit que celle de Jeremie, le frère paralysé de Matt, lui conviendrait très bien. Avec l’aide de son amant, elle se fabrique des fausses références d’infirmière et se fait engager par Jeremie Rowland comme nurse à domicile. Sachant d’y prendre avec les hommes, elle ne mettra que six mois à se faire épouser par son employeur. Il ne lui reste alors plus qu’à attendre. L’ennui, c’est que le maître de Southburg, tout paralysé qu’il soit, a une santé de fer. Et que la patience n’est pas la qualité dominante de la belle Felicity. Moderne Milady, elle n’a guère de mal à convaincre Matt, qui est toujours son amant, de la nécessité d’assassiner son frère. Reste à trouver un pigeon à qui faire endosser la responsabilité du crime. Ce sera Steve Rowland, miraculeusement revenu d’entre les morts.
Bagarreur et emporté, le jeune capitaine s’était notoirement heurté à maintes reprises à son dictateur de père. Et il sera facile de faire admettre à un jury que ses années de guerre ont achevé de lui brûler le cerveau. Le plan est donc mis à exécution et Matt tue Jeremy d’une balle en plein cœur. Ce qu’il n’avait pas prévu, c’est que Felicity, se servant de la même arme, l’exécute à son tour dans la minute qui suit. Ensuite, après s’être tiré une balle dans l’épaule, elle appelle la police, accusant son beau-fils du double meurtre. Accablé par les circonstances et divers témoignages, XIII sera condamné, sous l’identité de Steve Rowland, à l’internement à perpétuité dans un asile pénitentiaire de haute surveillance.
Après la spectaculaire évasion de XIII et son rôle déterminant dans l’échec de la Conspiration des XX, le procès sera revu et la culpabilité de Felicity Brown établie.
Mais la machiavélique aventurière quittera le pays avant l’arrivée des policiers venus l’arrêter. Nous la retrouvons plus tard au Costa Verde (pays qui n’a pas de traité d’extradition avec les Etats-Unis), où, sous le nom de Felicidad Moreno, elle est devenue la maîtresse en titre du dictateur Ortiz (dossier 7).
Elle est arrêtée par les Santosistes après la victoire de ceux-ci et se trouve actuellement toujours emprisonnée à Puerto Pilar.

L'individu a été aperçu dans les albums suivants :

felicity-brown-couv
XIIINEW_02_HiResFiles
XIIINEW_09_HiResFiles
XIIINEW_10_HiResFiles
XIIINEW_16_HiResFiles
XIIINEW_17_HiResFiles
XIIINEW_19_HiResFiles

Preuves / évidences

vignette-felicity
vignette-felicity-2
vignette-felicity-3
vignette-felicity-4

Ses déclarations

J'en ai assez de ce pays d'arriérés, de ce palais sinistre, de ce gros tas d'Ortiz et de sa clique de généraux d'opérette. Et j'ai suffisamment d'argent pour mener la velle vie n'importe où ailleurs.
Felicity (Felicidad) à XIII (tome 9 P43)

Oui, le colonel Peralta. Vous comprenez le général Ortiz n'était pas très... euh... fougueux.
Felicity répondant à la question "Aviez-vous un autre amant ?" lors de son procès (tome 10 P39)

Allons, Vincente... Tu es un soldat et moi, je ne suis qu'une femme. J'ai tellement envie que tu me donnes du plaisir, mon beau guerrier. Et si tu m'ôtais ces menottes, rien que pour quelques minutes, je pourrais t'en donner aussi.
Felicity (Felicidad) essayant de soudoyer un gardien (tome 16 P19)