Jonathan Mac Lane

sexe : masculin
couleur des yeux : marron
couleur des cheveux : poivre et sel

Fils de Tom et d’Audrey Mac Lane, il est élevé par Francis Mullway après le remariage de celui-ci avec sa mère. Saisi par le virus du journalisme, il « monte » à Manhattan en 1954 et entre au « New York Herald » comme pigiste. Son sens aigu de l’information et son exceptionnel talent de rédacteur lui font rapidement gravir les échelons et, à l’aube des années soixante, il est envoyé à Berlin (où il se lie d’amitié avec un certain commandant Ben Carrington) pour une série de reportages sur la guerre froide. Reportages qui lui vaudront, à seulement trente ans, son premier prix Pulitzer.
Rentré au pays en plein procès Mountrose, il prend vigoureusement parti pour ce couple d’ingénieurs atomistes juifs accusés d’avoir livré des secrets nucléaires aux Soviétiques. Son enquête et ses éditoriaux fracassants font augmenter le tirage du Herald et valent à leur auteur, outre un second prix Pulitzer, l’hostilité de la commission du Sénat chargée des activités anti-américaines. Les Mountrose sont jugés coupables et exécutés, et Jonathan, taxé de journaliste « rouge », est inculpé par la commission et condamné à deux ans de prison pour propagande subversive.
Entre-temps, il avait accepté de déclarer comme étant son fils l’enfant de Sean Mullway et de Carla Giordino, enfant à qui il donne le prénom de Jason par référence à la mythologie grecque. A sa sortie de prison, sa mère venant de décéder, Jonathan Mac Lane disparaît en emmenant le petit Jason avec lui (dossier 10).

L'individu a été aperçu dans les albums suivants :

XIIINEW_06_HiResFiles
XIIINEW_07_HiResFiles
XIIINEW_11_HiResFiles