Steve Rowland

sexe : masculin
couleur des yeux : marron
couleur des cheveux : noir

Fils unique de Jeremie et Deborah Rowland, riches propriétaires terriens de Southburg (Alabama) (dossier 4). Etudiant au collège de Mobile, puis à l’université d’état de Montgomery où il décroche une licence en sociologie, le jeune Steve se fait vite remarquer par ses prises de positions violemment racistes : anti-Noirs, anti-Indiens, anti-Juifs, anti-Mexicains, anti-Jaunes, anti tout ce qui n’était pas à cent pour cent WASP (White Anglo-Saxon Protestant). Son mémoire de fin d’études est d’ailleurs consacré à l’analyse louangeuse du « Mein Kampf » d’Adolf Hitler. Peu après sa sortie de l’université, il épouse Kim Carrington, fille du général Ben Carrington (alors colonel), et entre à l’armée comme officier de carrière. Tireur d’élite (il gagne le championnat de tir interarmes dès sa première année de service), il milite activement dans le mouvement anti-homosexuels qui se développe dans l’Armée de Terre à cette époque. Lorsque se déclenche la Campagne d’Asie, Rowland se porte volontaire pour entrer dans les SPADS (Special Assault & Destroying Sections), unités spéciales de guérilla que venait de créer son beau-père devenu général. Il y fait une campagne brillante, est nommé capitaine et est tué dans l’explosion de l’hélicoptère qui l’emmenait avec sa section à l’arrière des lignes ennemies. Sa dépouille est enterrée au cimetière d’Arlington avec les honneurs militaires.
En réalité – et là, nous rejoignons partiellement les conclusions de l’enquête officielle – le capitaine Rowland avait simulé sa mort, n’hésitant pas à sacrifier ses propres hommes à la cause qu’il s’était donnée.
Nous savons à présent qu’il faisait dès le début partie de la Conspiration des XX, au sein de laquelle il portait le numéro XIII. Choisi tant pour ses convictions que pour ses qualités de tireur, il avait été désigné pour être celui qui abattrait le président Sheridan. Assuré de l’impunité (qui soupçonnerait un mort ?), il était prévu qu’il disparaîtrait ensuite à l’étranger muni d’une nouvelle identité et d’une importante somme d’argent. Après sa « mort », Rowland rejoint donc clandestinement les Etats-Unis et s’installe, sous le nom de Jake Shelton, dans une petite ville de la Nouvelle-Angleterre, Eastown, pour y attendre l’ordre d’agir. Mais il ne peut résister au désir de contacter celle qui croyait être sa veuve et de la faire venir dans le plus grand secret. Sans lui révéler l’objet réel de sa mission, il force Kim à entrer dans la conjuration où on tatoue à la jeune femme le numéro XVII sur l’épaule gauche.
La veille du jour fatidique, Rowland quitte Eastown sans rien dire à sa femme et se met en place sur l’itinéraire prévu pour le cortège présidentiel. Et le lendemain matin, à 10h30, il remplit son contrat sans se douter qu’il serait identifié plus tard par le hasard d’un film amateur.
Mais d’autres y avaient pensé pour lui. Au pied de l’immeuble d’où il avait tiré sur le président, les tueurs de la Mangouste l’attendaient.
Mortellement blessé de deux balles dans la poitrine, Rowland réussit cependant à regagner Eastown où il meurt dans les bras de son épouse. Cette deuxième mort, restée longtemps secrète sur ordre de l’amiral Heideger (dossier 3), coupait tous les fils menant aux chefs de la conspiration.
Le corps du capitaine Steve Rowland a été enterré discrètement à Washington dans une tome au nom de Jason Fly.

L'individu a été aperçu dans les albums suivants :

xiii-mystery-tome-1-mangouste
XIII Mystery tome 5
XIIINEW_01_cv
XIIINEW_02_HiResFiles
XIIINEW_04_HiResFiles